Avis client

fandecinoche
Actif depuis le 21 juin 2011
Dernier avis le 04 mars 2017
58 avis rédigés
3.5/5 évaluation moyenne
374 notes utiles

Note générale
Bien
World war Z made in Séoul Un zombie-movie à la sauce coréenne est un régal ! Le cinéma coréen, depuis quelques années maintenant, nous livre des œuvres originales qui n'ont rien à envier aux blockbusters américains. C'est frais, bourré d'inventivité, souvent surprenant. Amateurs du genre, ne passez pas à côté de cette petite perle horrifique qui, comble du plaisir, est agrémentée d'un bonus à ne pas louper : "Seoul station", film d'animation d'1h30, qui reprend le thème du film (ou l'inverse, les deux étant de 2016). En tout, 3h30 de zombification intense à déguster avidement...
Note générale
Très déçu
La magie s'est envolée... Le postulat de départ laissait présager une nouvelle rêverie esthétisante du virtuose Jeunet : un gamin surdoué qui traverse les Etats-Unis dans toute sa longueur pour recevoir un prestigieux prix remis par le Smithsonian museum, suite à l'invention du mouvement perpétuel. Alléchant le pitch, non ? Connaissant le réalisateur de "Delicatessen", "La cité des enfants perdus", du "Fabuleux destin d'Amélie Poulain", d"Un long dimanche de fiançailles" et même de "Mic-macs à tire-larigot" (boudé à sa sortie, mais que j'apprécie beaucoup pour ma part), je m'attendais à vivre, une fois de plus, un enchantement auquel il m'avait habitué, en sublimant chaque image du sujet qu'il abordait, tout en agrémentant ses oeuvres d'une finesse et d'un humour noir revigorant. Et là, rien ! L'image a perdu toute sa superbe, les tentatives d'humour décalé tombent à plat et ne réussissent, que très rarement, à nous décrocher un sourire contrit, sans oublier le monumental pathos qu'il a inséré, on ne sait pourquoi, dans l'histoire. C'est la seconde fois, en peu de temps, qu'un de mes réalisateurs fétiches me déçoit grandement (cf. la critique de "Zero theorem" de gilliam). J'en arrive à me demander si l'inspiration n'aurait pas quittée notre monde pour voguer vers des horizons lointains...
Note générale
Super !
Film-référence Comment raconter l'histoire d'un pays qui a été dévasté par la guerre (mondiale et civile) pendant des décennies sans tomber dans le pathos ? La réponse, Kusturica nous la donne avec ce chef-d'oeuvre (à mon humble avis, sa meilleure réalisation), emprunt d'humanité et, surtout, d'un sens de l'auto-critique exacerbé. C'est rythmé, drôle sans être caricatural, et les presque trois heures de visionnage ne semblent en durer qu'une, tant l'histoire nous passionne. A l'époque de sa sortie, et à mon grand étonnement, il fut primé à Cannes et encensé par les critiques intellos qui y voyaient un pamphlet acerbe et acéré de toutes guerres (ce en quoi ils n'avaient pas tort). D'habitude, les films récompensés lors de ce festival sont plutôt ennuyeux, voire prétentieux. Celui-ci, malgré la gravité du sujet, nous colle un large sourire au lèvres pendant la quasi-intégralité du film. Un classique à voir et à revoir pour comprendre toute l'absurdité de n'importe quel conflit présent, passé et à venir (malheureusement). N.B.: je sais que ceux qui liront ces lignes s'en contrefichent mais j'ai quand même gardé le coffret DVD collector car je le trouve somptueux, ce qui m'amène à dire que le blu ray aurait bien mérité une édition plus ambitieuse qu'un simple boitier plastique sans bonus supplémentaires.
Note générale
Moyen
Tranchant Roberto Rodriguez ("Une nuit en enfer", Planète Terreur", "Sin city") nous a habitué à un cinéma décomplexé, entre le gore déjanté et l'humour noir (ou rouge sang) grinçant. Grand pote de Tarantino, il ne réalise certes pas avec la même maestria que son compère, mais au moins avec autant de ferveur et de camions-citernes emplis d'hémoglobine. En s'appuyant sur le jeu d'un de ses acteurs fétiches, Danny Trejo, le mexicain le plus énervé du cinéma américain, il nous offre un dyptique furieusement barré, une bonne grosse série B largement pourvue de second degré et complètement assumée. L'acteur colle parfaitement au rôle à tel point que l'on se demande si le réalisateur n'avait pas les foies à chaque fin de scène où il balancçait le fameux : "Coupez !". Un gros délire, donc,où l'on se marre bien en regardant des membres tranchés voler en tous sens dans des gerbes de sang abondantes...
Note générale
Moyen
Tranchant Roberto Rodriguez ("Une nuit en enfer", Planète Terreur", "Sin city") nous a habitué à un cinéma décomplexé, entre le gore déjanté et l'humour noir (ou rouge sang) grinçant. Grand pote de Tarantino, il ne réalise certes pas avec la même maestria que son compère, mais au moins avec autant de ferveur et de camions-citernes emplis d'hémoglobine. En s'appuyant sur le jeu d'un de ses acteurs fétiches, Danny Trejo, le mexicain le plus énervé du cinéma américain, il nous offre un dyptique furieusement barré, une bonne grosse série B largement pourvue de second degré et complètement assumée. L'acteur colle parfaitement au rôle à tel point que l'on se demande si le réalisateur n'avait pas les foies à chaque fin de scène où il balancçait le fameux : "Coupez !". Un gros délire, donc,où l'on se marre bien en regardant des membres tranchés voler en tous sens dans des gerbes de sang abondantes...
Note générale
Moyen
Tranchant Roberto Rodriguez ("Une nuit en enfer", Planète Terreur", "Sin city") nous a habitué à un cinéma décomplexé, entre le gore déjanté et l'humour noir (ou rouge sang) grinçant. Grand pote de Tarantino, il ne réalise certes pas avec la même maestria que son compère, mais au moins avec autant de ferveur et de camions-citernes emplis d'hémoglobine. En s'appuyant sur le jeu d'un de ses acteurs fétiches, Danny Trejo, le mexicain le plus énervé du cinéma américain, il nous offre un dyptique furieusement barré, une bonne grosse série B largement pourvue de second degré et complètement assumée. L'acteur colle parfaitement au rôle à tel point que l'on se demande si le réalisateur n'avait pas les foies à chaque fin de scène où il balancçait le fameux : "Coupez !". Un gros délire, donc,où l'on se marre bien en regardant des membres tranchés voler en tous sens dans des gerbes de sang abondantes...
Chaos Blu-ray
Chaos Blu-ray Très déçu
Note générale
Très déçu
Un énième film sans intérêt... Nicolas Cage a eu son heure de gloire dans la dernière décennie du siècle précédent. Mais, depuis quelques films, il enchaîne les gros navets insipides, certainement pour remplir son compte en banque, à contrario des salles obscures. Ce film navrant, d'une lenteur extrême, ne déroge malheureusement pas à ce constat. Ne vous attendez pas à un film de s.f. aux effets spéciaux hallucinants, comme pourrait le faire croire le visuel de la jaquette. Il ne s'agit-là que d'un mélodrame poussif, pétri de sentiments mielleux, suintant la morale judéo-chrétienne et bien-pensante omniprésente en ce début de millénaire. Limite nauséabond... A éviter de toutes vos forces !
Note générale
Super !
La guerre tue. Abrupt et sans concessions, ce film nous narre le parcours d'un tank et de ses occupants dans l'Allemagne en déroute, mais qui résiste encore avec la force du désespoir. Cinq hommes ordinaires qui tentent de survivre dans un enfer pavé de corps déchiquetés, d'âmes meurtries, où les héros n'existent pas. On est très loin des superproductions holywoodiennes qui portaient le G.I. aux nues, tel un valeureux John Wayne terrassant l'ennemi à grand renfort d'héroïsme patriotique. Ici, l'horreur de la guerre est présente et oppressante en permanence. Tellement, que les protagonistes de cette histoire en sont, soit désabusés, soit à moitié fous ou encore horrifiés. Brad Pitt, toujours aussi haineux du nazi (cf. "Inglorious Basterds"), campe un sergent qui essaie de maintenir ses hommes en vie et, par extension, sa propre humanité. De bons seconds rôles comme Shia LeBeouf en soldat prédicateur dont les sermons font sourire (mais pas tout le temps) ses camarades, Jon Bernthal (Shane dans les 2 premières saisons de "Walking dead") en acharné fou de guerre, Michael Peña le latino posé et le jeune Logan Lerman, dactylographe de son état, qui se retrouve parachuté, à son grand désarroi, dans une absurdité meurtrière qu'il ne peut, ou ne veux, pas comprendre. Une vision sombre et réaliste de la folie sanglante engendrée par cette guerre, semblable à toute autre, inutile et insensée. Incontournable.
Note générale
Très déçu
Que c'est lent ! Tout au long de l'intrigue, on attend... puis on attend encore... et, finalement, dans les vingt dernières minutes, ça remue enfin. Mais pas suffisamment pour rattraper l'heure et quelques qui vient de passer, étirée en longueur, pénible, émaillée de flash-backs inutiles (il faut bien meubler quand on a rien à raconter). Quant à la fin, très convenue (on la devine assez facilement) et qui lorgne franchement du côté de "Dark city", elle s'avère trop décevante. En bref, un film fait pour le moment de se coucher, pour éviter d'absorber un somnifère tant il est soporifique. Un signal d'une trop faible intensité qui ne laissera pas une grande trace dans nos mémoires.
Note générale
Bien
La force tranquille Si vous vous attendez à de grosses bastons pleines de fureur et de chorégraphies spectaculaires, ce film n'est pas pour vous. Tout repose sur le jeu d'acteur du héros principal. Bien sûr, il y a quelques scènes assez originales et très bien orchestrées, mais en toute sobriété, à l'image du personnage incarné par Denzel Washington. Et quand je dis incarné, le mot sonne juste car l'acteur s'est complètement investi dans ce rôle de redresseur de torts au passé trouble qui a le don exceptionnel d'analyser une situation et d'agir en conséquence en quelques dixièmes de seconde... L'Equalizer n'utilise pas d'armes à feu mais se sert de tout ce qui l'entoure pour donner la mort. Il vous laisse une chance de tourner les talons et d'abandonner mais, si vous ne la saisissez pas, votre capital-vie avoisine rapidement le zéro absolu. Un super-héros ? Peut-être, mais peu commun, sans artifices ni effets superflus. Une machine à tuer qui sait, bien avant que vous ne le pensiez, ce que vous allez faire. Taciturne parce que parler est souvent une perte de temps. Efficace parce que chaque geste, chaque déplacement, apporte son lot de douleur. Implacable parce qu'il n'a rien à perdre, ni à gagner... L'archétype du justicier sans concession, sombre, mais qui, l'espace d'un instant, recouvre son humanité en secourant une âme égarée sans rien en attendre en retour... Sûr que Charles Bronson aurait apprécié !! (blague pourrie que je n'ai pu m'empêcher de faire, désolé).
Note générale
Super !
"Boîte aux lettres" enchanteresse Après "Moonrise kingdom", réjouissante régression bénéfique pour qui a encore la capacité de s'émerveiller d'histoires colorées, Wes Anderson nous gâte avec ce petit moment sucré, une friandise acidulée qui nous entraîne dans une aventure rocambolesque, où l'absurde et le burlesque se cottoient. Totalement atypique et complètement assumée, l'oeuvre d'Anderson se peaufine et acquiert, à mon sens, un niveau qui ne serait pas très éloigné de la perfection... Le parti-pris du 4/3 semble anachronique mais permet, en fait, de placer les personnages au coeur de l'histoire. Un casting irréprochable (que je ne citerai pas par la limitation de caractères), où l'on découvre le jeune Tony Revelori qui nous rappelle un Buster Keaton accédant au parlant. Il y a du Marx Bros là-dedans, un grand hommage à l'âge d'or d'Hollywood. Coup de maître, encore!!!
Note générale
Super !
Enfin, un space-opera intelligent et drôle ! Ce n'est pas pour critiquer "Star wars", référence en la matière, dont j'ai toujours été fan depuis la première heure, mais ces Gardiens-là ont l'avantage d'être beaucoup plus sympas, sans même parler des effets spéciaux qui dépotent. Un comics Marvel que je ne connaissais pas et qui m'offre, donc, une agréable découverte. Qui n'a pas rêvé d'être un baroudeur de l'espace, menant des combats épiques, découvrant des mondes et des peuples inconnus ? (bien sûr, je m'adresse aux amateurs du genre...) En tous cas, de mon point de vue, une réussite, autant au niveau de l'histoire que visuellement. Ajoutez à cela un humour décontracté qui épice l'ensemble et vous aurez un très bon film de s.f. qui n'a rien à envier à ces prédécesseurs. Avoir et revoir en attendant la suite.
Note générale
Moyen
Bon délire Si "Ted" m'avait quelque peu laissé perplexe (je ne retrouvais pas l'humour déjanté de McFarlane, ou si peu), cet Albert m'a plutôt fait plaisir, provoquant quelques bons éclats de rire avec de belles scènes bien trash, comme le réalisateur en a le secret. D'ailleurs, il s'est octroyé le premier rôle, ce qui est, à mon sens, un gage de confiance en son talent. Une bonne parodie de western qui égratigne joyeusement le mythe du héros de l'Ouest, le sacro-saint Cow-boy se cassant la figure de son piédestal pour notre plus grand plaisir !!
Note générale
Déçu
Déception ! Connaissant l'oeuvre du réalisateur (Brazil, 12 monkeys, Las Vegas parano, l'Imaginarium du docteur Parnassius...), je m'attendais à une nouvelle pépite fantasmagorique et déjantée. Las ! Terry Gilliam nous refait le coup de Brazil, la dimension comique en moins et un flagrant manque de rythme qui nuit à l'ensemble. Je me suis ennuyé ferme mais en espèrant un dénouement original dont il a le secret. Même pas ! J'ai eu l'impression de revivre la fin de Brazil, à peine déguisée... Waltz/Gilliam, sur le papier, me donnait l'espoir d'une alchimie renversante mais cela ne reste que de la chimie ordinaire... Dur de dénigrer quelqu'un qu'on apprécie, pourtant je me dois de rester objectif : ce film est raté, du moins, à mon avis. A éviter ! (ou à regarder si l'on est fan de Gilliam, mais pour en retirer la même impression, je me demande si c'est bien utile)
Note générale
Super !
Demain n'est pas écrit... Encore une parabole spatio-temporelle ! Mais ce n'est pas pour me déplaire, bien au contraire ! Surtout quand c'est filmé de main de maître, le réalisateur ayant déjà fait ses armes dans le genre avec "Jumper" (qui n'est pas un chef-d'oeuvre, mais il faut bien débuter et ce n'est pas un énorme navet non plus) et avait aussi participé à la trilogie "Jason Bourne". Je ne suis pas fan de Tom Cruise mais je trouve qu'il excelle dans la s.f. (Oblivion m'avait beaucoup plu). C'est nerveux, efficace, on ne s'ennuit donc pas. Cela m'a légèrement rappelé "Starship troopers" à cause des aliens très rapides et ataviques (leur système hiérachique est très comparable) mixé avec "Un jour sans fin", l'humour en moins, même s'il reste une bonne dose de second degré. Je recommande vivement à tout fan de s.f. de se procurer ce film, qui ne dépareillera aucune collection du genre. Bon visionnage !!
Note générale
Super !
Back to the future !! Après un précédent épisode où l'on revenait aux sources, mais auquel je n'avais pas complètement adhéré, me laissant perplexe (peut-être parce que l'on découvrait la montée en puissance de Magnéto et non la genèse des X men), Bryan Singer reprend les rènes et nous livre une suite beaucoup plus maîtrisée, approfondissant les personnages et s'amusant de la spatio-temporalité de son sujet. La scène ralentie de Vif-Argent est un pur kiff, lyrique et visuellement psychédélico-magique ! On accroche à l'histoire, les griffes plantées tel wolverine. Par contre, je n'ai pas saisi l'intérêt de faire jouer Omar Sy, même si j'apprécie beaucoup l'individu. 4/5 scènes et autant de répliques, je me dis que n'importe quel américian aurait pû faire l'affaire. En revanche, j'admets que jouer dans un X men doit un être un pur délire et je comprends pourquoi il a accepté le rôle. Autre chose : même si l'on considère que l'on est dans une réalité alternative, parler de l'ADN en 1973 est quelque peu anachronique et les sentinelles sont un peu trop high tech pour l'époque... Ceci dit, le film est génial de bout en bout et il est le meilleur de la franchîse à ce jour. A ne pas rater, donc !
Note générale
Bien
Zombie forever Comme je le disais dans une précédente critique lors de la saison 3, je surkiffe cette série ! Seulement, si ces nouveaux épisodes offrent leur lot de rebondissements, je trouve que l'histoire stagne un peu, comme une saison de transition. Mais rien de dramatique, l'intensité est toujours présente et nous réserve quelques bonnes surprises. Par contre, j'estime que le transfert blu ray est qualitativement faible, plusieurs scènes en clair-obscur sont émaillées d'une neige persistante et nous gâche un peu le plaisir. N'en doutons pas, la saison 5 sera supérieure, du moins je l'espère ! (Malgré ma critique, je reste positif, cette série étant géniale !)
Note générale
Bien
De mieux en mieux ! Si la précédente adaptation du héros arachnéen m'avait ravi - je suis fan depuis l'enfance des héros Marvel -, celle-ci m'enchante. Tobey Maguire ne déméritait pas mais était un peu soft, limite gentillet. Andrew Garfield correspond plus à l'araignée de la bd originelle en chambreur insatiable et il est vrai que Gwen Stacy, chronologiqumeent parlant, est l'amour du jeune héros. Les images sont superbes et l'intrigue nous tient en haleine jusqu'au dénouement. Décidément, je trouve que les re-boot sont supérieurs à leurs versions précédentes et c'est tant mieux !! On en redemande !
Note générale
Moyen
Appréciable mais sans réelle surprise J'étais féru, plus jeune, de lectures telles que Strange et je dois dire que Captain America ne faisait pas partie de mes préférés, son côté patriote exacerbé m'agaçant copieusement. Mais je dois dire que l'adaptation cinématographique du personnage me plait beaucoup plus et ce soladat de l'hiver tient bien la route, dans la continuité du premier opus. Par contre, je trouve que l'intrigue manque un peu de profondeur mais cela reste un bon film d'action aux effets spéciaux toujours plus impressionnants. En attendant l'Avengers 2, un bon moyen de patienter !