Règne animal

Jean-Baptiste Del Amo (Auteur) Paru le 18 août 2016 Roman (broché) en français
4 12 avis
    • Règne animal_0
    Règne animal
    • Résumé
    • Détails produits
    • Garanties
    • Accessoires inclus
    • Date de parution 18.08.2016
      Editeur Gallimard
      Collection Blanche
      Format 14cm x 21cm
      Nombre de pages 432

      Voir toutes les caractéristiques

    • Règne animal retrace, du début à la fin du vingtième siècle, l'histoire d'une exploitation familiale vouée à devenir un élevage porcin. Dans cet environnement dominé par l'omniprésence des animaux, cinq générations traversent le cataclysme d'une guerre, les désastres économiques et le surgissement de la violence industrielle, reflet d'une violence ancestrale.

    Remise de 10 %

    Offre non cumulable avec toute autre promotion en cours, dans la limite des stocks disponibles et exclusivement pour les produits vendus et expédiés par fnac.ch.

    fnacpro.com

    Professionnels ? Profitez des prix négociés

    • 30.90 27.80

      En magasin

      Retrait gratuit

      Voir la disponibilité en magasin

      Voir toutes les options et délais de livraison
    • Satisfait
      ou remboursé
    • SAV Fnac
      7 jours sur 7
    • Retour gratuit
      en magasin
    • Paiement
      à l'expédition

    1 Offre Spéciale Règne animal

    Remise de 10 %

    Offre non cumulable avec toute autre promotion en cours, dans la limite des stocks disponibles et exclusivement pour les produits vendus et expédiés par fnac.ch.

    Avis de la Fnac Règne animal

    Règne animal retrace, du début à la fin du vingtième siècle, l'histoire d'une exploitation familiale vouée à devenir un élevage porcin. Dans cet environnement dominé par l'omniprésence des animaux, cinq générations traversent le cataclysme d'une guerre, les désastres économiques et le surgissement de la violence industrielle, reflet d'une violence ancestrale.

    LE MOT DE L'ÉDITEUR Règne animal

    Règne animal retrace, du début à la fin du vingtième siècle, l'histoire d'une exploitation familiale vouée à devenir un élevage porcin. Dans cet environnement dominé par l'omniprésence des animaux, cinq générations traversent le cataclysme d'une guerre, les désastres économiques et le surgissement de la violence industrielle, reflet d'une violence ancestrale. Seuls territoires d'enchantement, l'enfance - celle d'Éléonore, la matriarche, celle de Jérôme, le dernier de la lignée - et l'incorruptible liberté des bêtes parviendront-elles à former un rempart contre la folie des hommes ? Règne animal est un grand roman sur la dérive d'une humanité acharnée à dominer la nature, et qui dans ce combat sans pitié révèle toute sa sauvagerie - et toute sa misère.

    Caractéristiques détailléesRègne animal

    • Auteur Jean-Baptiste Del Amo
    • Editeur Gallimard
    • Date de parution 18.08.2016
    • Collection Blanche
    • Format 14cm x 21cm
    • Poids 0.4210kg
    • EAN 978-2070179695
    • ISBN 2070179699
    • Nombre de pages 432
    • Format 14,20 x 21,50 x 2,90 cm
    • Poids du produit 0.42 Kg

    AUTRES ŒUVRES Autour de Jean-Baptiste Del Amo

    4/5
    • 1
      2
    • 2
      1
    • 3
      0
    • 4
      2
    • 5
      7
    1 règne animal Posté le 16 oct. 2017

    roman inintéressant horrible et vulgaire par moment - comme je l'ai lu, comment peut-on comparer cet auteur à ZOLA !!!! j'avais des hauts le cœur en lisant certains passages.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    2 (En)lisier Posté le 28 sept. 2017

    D'après ce que j'avais entendu, Règne animal était un roman justement nommé sur la condition animale à partir de l'élevage de porcs, l'auteur se présentant comme un militant de L214. Pas du tout. C'est une saga sur 5 générations d'une famille de paysans dépeinte d'une façon obstinément misérabiliste, les pieds et le cœur dans le purin. La partie "moderne" où l'élevage se profile commence page 211. La première partie est assez classique, impression de déjà vu allant jusqu'au cliché (l'agonie du père, la mère desséchée et méchamment bigote, la pauv' petite, le retour de la guerre de 14 du jeune mâle avec la gueule cassée...). Un bond de cinquante ans, et voilà qu'on retrouve aussi dégénérés qu'eux les descendants des précédents protagonistes, la porcherie industrielle ne servant finalement que de toile de fond au déploiement des tares diverses des membres qui sont restés dans leur jus. Tout ça au moyen d'une écriture ciselée, je reconnais que Jean-Baptiste Del Amo a bien bossé pour nous vautrer dans le lisier. Mais dans quel but ? Sur 420 pages, le cochon n'apparaît réellement que dans les 5 dernières, magnifiques : c'est qu'il se tire, respirant à plein poitrail l'air du grand large (la liberté), enfin un peu de transcendance, et ça tombe bien, nous aussi on sort du bouquin, ouf !


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    4 La vie au bagne Posté le 02 sept. 2017

    Un roman en deux périodes , juste avant et pendant la première guerre mondiale et dans les années 80, la vie d'une ferme dans le Gers qui va se vouer à l'élevage de cochons. Passage d'une vie de labeur dans la misère à une autre vie de labeur dans laquelle les animaux ne sont plus que les pièces d'une production de masse déshumanisée. Des vies transformées en survie dans des systèmes basés sur la fuite en avant , le travail pour seul horizon de petit matin à la nuit tombée.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    5 Il méritait le Goncourt. Posté le 28 août 2017

    Magistral, poétique et intense, ce roman décrit la vie rurale française de la fin du XIXème siècle à celle du XXème siècle. Bien plus qu'un simple plaidoyer contre l'élevage intensif, il rend hommage à la toute-puissance de la nature quoi que l'homme veuille en faire, et explique comment l'héritage de l'incommunication se transmet de génération en génération. On ressort fasciné de cette histoire où la violence des images n'est jamais gratuite. Merci à l'auteur pour ce travail remarquable.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    1 Roman misanthrope Posté le 20 août 2017

    Loin d'une histoire d'une famille le roman nous assène que les paysans ne peuvent qu'être alcooliques, tarés ou ou autistes pour élever des cochons. Certains ne sont même jamais appelés par leur nom pour bien souligner qu'il n'ont rien d'humains. Par ailleurs la construction du livre en fait deux romans disjoints avec des longueurs inutiles.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    Voir tous les avis

    Voir Aussi