Tous nos univers

Lady Helen - Tome 1 : Le club des mauvais jours

Lady Helen Alison Goodman (Auteur) Paru le 18 août 2016 Roman adolescent dès 12 ans(broché)

Londres, en 1812, Lady Helen doit faire son entrée à la cour. L'orpheline est élevée par son oncle et sa tante qui tentent tant bien que mal d'étouffer tout ce... Voir la suite

  • Vous ne pouvez pas ajouter ce produit à vos listes car vous n'êtes pas connecté

1 Offre Spéciale Le club des mauvais jours

  • 1 LIVRAISON GRATUITE !
Profitez de notre LIVRAISON GRATUITE sur l'ensemble du site !

LE MOT DE L'ÉDITEUR Le club des mauvais jours

Londres, en 1812, Lady Helen doit faire son entrée à la cour. L'orpheline est élevée par son oncle et sa tante qui tentent tant bien que mal d'étouffer tout ce qui peut rappeler la réputation sulfureuse de sa mère. Alors qu'elle rencontre Lord Carlston qu

Coups de cœur des Libraires

Melina Conseiller Fnac

Une superbe histoire à la Jane Austen

Lady Helen mystérieuse jeune femme de noblesse, est forcée de choisir entre renoncer à sa vie pleine de privilège, ou chasser des entités démoniaques, à l'aide de lord Carlston cet homme sarcastique appartenant à une police secrète. Une ambiance aristocratique de l'Angleterre décrite de manière époustouflante.

Kim Conseiller Fnac

Créatures démoniaques et feuilles de thé

Un très bon roman qui mélange ambiance historique du XIXe siècle et fantastique d'une main assurée ! Helen est une jeune femme forte et charismatique, l'histoire se laisse dévorer avec plaisir... Qu'attendez-vous pour succomber ? Dans la lignée du pensionnat de Mlle Géraldine, de Gail Carriger !

MANON Conseiller Fnac

Une société des ténèbres au temps de Jane Austen

Helen, notre héroïne, va enfin faire son entrée dans la société afin de trouver un mari. Mais Helen n'est pas comme les autres : elle est une vigilante. Elle est capable de voir et de combattre des créatures se nourrissant de la force vitale des humains. Un récit à la Jane Austen teinté de dark fantasy : génial !

Caractéristiques détailléesLe club des mauvais jours

AUTRES ŒUVRES Autour de Alison Goodman

ARTISTES DU MÊME UNIVERS Autour de Alison Goodman

Avis clients Le club des mauvais jours

4.5/5
  • 1
    0
  • 2
    0
  • 3
    0
  • 4
    2
  • 5
    1
Posté le 04 oct. 2016

5 super rien d'autre à dire
Cet avis vous a-t-il été utile ?
Vs
Posté le 11 sept. 2016

4 Fantasy et XIXe siècle : mélange rare et réussi « Il est question dans ces pages de découvrir sa force et son pouvoir, de faire des choix perilleux. Et tout cela dans les merveilleuses robes de soie et les somptueux décors de la Régence ! », Alison GOODMAN C’est la grande sortie Gallimard de septembre que j’attendais et qui a répondu à toutes mes attentes. Alison Goodman est une auteure de talent qui sait mêler fantastique et historique aussi bien Cassie Clare. Les débuts du XIXe siècle sont parfaitement retranscrits et la chasse aux démons est rendue originale par les personnages. Le suspens est donc maintenu jusqu’au bout de la lecture, tout comme le décor qui prend vie au fur et à mesure que l’on avance. Helen fait sa 1ere saison à la Cour du roi George III, sous la Régence de Prinny. Sa mère, Catherine, a été accusée de trahison et s’est noyée plusieurs années auparavant. La jeune fille est donc priée par son oncle de faire oublier son héritage douteux pour se marier au plus vite. Mais c’est sans compter sur le caractère opiniâtre de sa nièce et Lord Carlston, qui parle de sa mère en des termes élogieux et qui l’éloigne du monde de la Cour pour un autre univers tout aussi obscur que sa mère connaissait bien… Franchement, je crois que c’est la 1ere fois depuis le début de l’année que toutes mes attentes ont été comblées. Je m’attendais à un récit qui ressemble à celui des Origines de La Cité des Ténèbres et j’ai trouvé une héroïne plus agréable que Tessa tout en conservant son univers. Helen est courageuse, curieuse et a un humour grinçant qui nous ravit. Ses aventures ne sont pas l’occasion de se plaindre car elle sait tirer parti des situations et n’a pas peur de foncer dans le tas. Quand à Lord Carlston, il est rendu mystérieux et attachant tout en étant aussi fougueux que Helen. Leurs rencontres sont alors attendues et font avancer l’intrigue tout comme notre attachement à ce duo. De plus, les personnages secondaires ont chacun des caractères bien définis qui pimentent, eux-aussi, la narration pour la rendre vraisemblable. Le travail de l’auteure est vraiment réel : on sent qu’elle s’est immergée dans cette époque et parvient à nous ramener en 1812. De ce fait, on rentre immédiatement dans le récit et on n’en sort que lorsque l’auteure le décide, les 500 pages sont avalées et ne comportent pas de longueurs. D’ailleurs, son travail est tel que même si d’ordinaire je n’aime pas cette époque, je vais m’y intéresser de plus près car elle a réussit à me rendre curieuse ! De plus, le mélange de fantasy et d’histoire est savamment dosé et les créatures sont innovantes tout en répondant à la mythologie des enfers biblique et à la gothic literature. Mais ce n’est pas que de la fantasy ! On a également des thèmes à la Jane Austen : la place des femmes dans la société et son hypocrisie, une héroïne qui souhaite s’affranchir des codes pour choisir son destin… Le récit est donc loin d’une chasse aux sorcières prévisible qu’un début de romance pimente. Voilà un tome qui ouvre une belle rentrée littéraire et qui ne manquera pas de vous charmer !
Cet avis vous a-t-il été utile ?
4 Fantasy et XIXe siècle : mélange rare et réussi Posté le 11 sept. 2016

« Il est question dans ces pages de découvrir sa force et son pouvoir, de faire des choix perilleux. Et tout cela dans les merveilleuses robes de soie et les somptueux décors de la Régence ! », Alison GOODMAN C’est la grande sortie Gallimard de septembre que j’attendais et qui a répondu à toutes mes attentes. Alison Goodman est une auteure de talent qui sait mêler fantastique et historique aussi bien Cassie Clare. Les débuts du XIXe siècle sont parfaitement retranscrits et la chasse aux démons est rendue originale par les personnages. Le suspens est donc maintenu jusqu’au bout de la lecture, tout comme le décor qui prend vie au fur et à mesure que l’on avance. Helen fait sa 1ere saison à la Cour du roi George III, sous la Régence de Prinny. Sa mère, Catherine, a été accusée de trahison et s’est noyée plusieurs années auparavant. La jeune fille est donc priée par son oncle de faire oublier son héritage douteux pour se marier au plus vite. Mais c’est sans compter sur le caractère opiniâtre de sa nièce et Lord Carlston, qui parle de sa mère en des termes élogieux et qui l’éloigne du monde de la Cour pour un autre univers tout aussi obscur que sa mère connaissait bien… Franchement, je crois que c’est la 1ere fois depuis le début de l’année que toutes mes attentes ont été comblées. Je m’attendais à un récit qui ressemble à celui des Origines de La Cité des Ténèbres et j’ai trouvé une héroïne plus agréable que Tessa tout en conservant son univers. Helen est courageuse, curieuse et a un humour grinçant qui nous ravit. Ses aventures ne sont pas l’occasion de se plaindre car elle sait tirer parti des situations et n’a pas peur de foncer dans le tas. Quand à Lord Carlston, il est rendu mystérieux et attachant tout en étant aussi fougueux que Helen. Leurs rencontres sont alors attendues et font avancer l’intrigue tout comme notre attachement à ce duo. De plus, les personnages secondaires ont chacun des caractères bien définis qui pimentent, eux-aussi, la narration pour la rendre vraisemblable. Le travail de l’auteure est vraiment réel : on sent qu’elle s’est immergée dans cette époque et parvient à nous ramener en 1812. De ce fait, on rentre immédiatement dans le récit et on n’en sort que lorsque l’auteure le décide, les 500 pages sont avalées et ne comportent pas de longueurs. D’ailleurs, son travail est tel que même si d’ordinaire je n’aime pas cette époque, je vais m’y intéresser de plus près car elle a réussit à me rendre curieuse ! De plus, le mélange de fantasy et d’histoire est savamment dosé et les créatures sont innovantes tout en répondant à la mythologie des enfers biblique et à la gothic literature. Mais ce n’est pas que de la fantasy ! On a également des thèmes à la Jane Austen : la place des femmes dans la société et son hypocrisie, une héroïne qui souhaite s’affranchir des codes pour choisir son destin… Le récit est donc loin d’une chasse aux sorcières prévisible qu’un début de romance pimente. Voilà un tome qui ouvre une belle rentrée littéraire et qui ne manquera pas de vous charmer !


Cet avis vous a-t-il été utile ?

4 Ravis Posté le 22 sept. 2016

Mes enfants (16 et 14 ans) sont ravis.


Cet avis vous a-t-il été utile ?

5 super Posté le 04 oct. 2016

rien d'autre à dire


Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voir Aussi

    Attention Une erreur est survenue, veuillez réessayer plus tard.

    Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres, cliquez ici

    Vraiment désolé...

    Le site Fnac.com n'est pas parfaitement optimisé sur ce navigateur. Votre expérience serait bien meilleure si vous en téléchargiez un autre

    Firefox Chrome Opera