Je me souviens, oui, je me souviens

Marcello Mastroianni (Auteur) Paru en septembre 1997 (broché) en français
    • Je me souviens, oui, je me souviens_0
    Je me souviens, oui, je me souviens
    • Résumé
    • Détails produits
    • Garanties
    • Accessoires inclus
    • Date de parution septembre 1997
      Editeur Calmann-Levy
      Collection Biographies, Autobiographies
      Format 15cm x 23cm
      Nombre de pages 228

      Voir toutes les caractéristiques

    • " A la nuit tombée, j'ai pris un train qui allait vers Bassano del Grappa. A cause des attaques aériennes, les trains roulaient toutes lumières éteintes. Je me souviens de ce train bourré de monde, les uns collés aux autres, on n'y voyait rien. A un moment, j'ai senti une présence féminine, une femme qui parlait, peut-être avec des amis, peut-être allaient-ils chercher de la nourriture, je ne sais pas. Toujours est-il que malgré le manque d'espace, moi qui ai toujours été un grand fumeur, j'ai trouvé le moyen d'allumer une... Voir la suite

    Remise de 10 %

    Offre non cumulable avec toute autre promotion en cours, dans la limite des stocks disponibles et exclusivement pour les produits vendus et expédiés par fnac.ch.

    fnacpro.com

    Professionnels ? Profitez des prix négociés

    • 31.90 28.70

      Plus que 1 en stock

      Livraison gratuite

      En magasin

      Retrait gratuit

      Voir la disponibilité en magasin

      Voir toutes les options et délais de livraison
    • Satisfait
      ou remboursé
    • SAV Fnac
      7 jours sur 7
    • Retour gratuit
      en magasin
    • Paiement
      à l'expédition

    1 Offre Spéciale Je me souviens, oui, je me souviens

    Remise de 10 %

    Offre non cumulable avec toute autre promotion en cours, dans la limite des stocks disponibles et exclusivement pour les produits vendus et expédiés par fnac.ch.

    LE MOT DE L'ÉDITEUR Je me souviens, oui, je me souviens

    " A la nuit tombée, j'ai pris un train qui allait vers Bassano del Grappa. A cause des attaques aériennes, les trains roulaient toutes lumières éteintes. Je me souviens de ce train bourré de monde, les uns collés aux autres, on n'y voyait rien. A un moment, j'ai senti une présence féminine, une femme qui parlait, peut-être avec des amis, peut-être allaient-ils chercher de la nourriture, je ne sais pas. Toujours est-il que malgré le manque d'espace, moi qui ai toujours été un grand fumeur, j'ai trouvé le moyen d'allumer une cigarette ; En allumant ma cigarette, j'ai évidemment éclairé mon visage ; mais, un peu aveuglé par la flamme, je n'ai pas vu qui était devant moi. Et cette femme s'est approchée, nous nous sommes effleurés - et nous nous sommes embrassés. Ce fut une émotion fulgurante. Si mystérieuse ! [à] Que d'années ont passé depuis ! Pourtant, ce moment demeure, encore aujourd'hui, parmi les souvenirs les plus intenses de ma vie. La mémoire est bizarre, non ? "
    Que reste-t-il d'une vie pour un homme de soixante-douze ans ? Par petites touches impressionnistes, Marcello Mastroianni recompose ici le paysage de sa mémoire. En de brefs chapitres qui constituent autant de pièces du puzzle de son existence, au gré de capricieuses associations d'idées, d'émotions, d'images, de rêves, de pensées, il tisse fil à fil la tapisserie d'un autoportrait. On retrouve dans ce récit le rythme de sa phrase et le grain de sa voix, son ironie et sa tendresse, son humour et sa nostalgie, sa fantaisie désinvolte et la flamme intacte de sa passion, comme cette inimitable distance au rôle qui l'a toujours prémuni contre la tentation de se prendre au sérieux.
    Traduit de l'italien par Geneviève Cattan.

    Caractéristiques détailléesJe me souviens, oui, je me souviens

    AUTRES ŒUVRES Autour de Marcello Mastroianni

    ARTISTES DU MÊME UNIVERS Autour de Marcello Mastroianni