Morphine Monojet

Thierry Marignac (Auteur) Thierry Marignac Ou Les fils perdus Paru le 25 janvier 2016 Roman (broché) en français
5 2 avis
    • Morphine Monojet_0
    Morphine Monojet
    • Résumé
    • Détails produits
    • Garanties
    • Accessoires inclus
    • Date de parution 25.01.2016
      Editeur Rocher Eds Du
      Collection Litterature
      Format 14cm x 19cm
      Nombre de pages 168

      Voir toutes les caractéristiques

    • Lorsque Al, camé impénitent à la fiabilité incertaine, dérobe un Morphine Monojet - seringue de morphine pour les soldats britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale - dans un sous-sol chez la belle Jackie, Orientale mélancolique, où les aléas du manque l'ont poussé lui et ses deux compagnons, Fernand et le fils perdu, il les lance du même coup à sa poursuite, bientôt effrénée, dans le Paris charnière de 1979, en proie aux reconstructions qui en feront une ville du XXIe siècle. Al vivra-t-il la meilleure défonce de sa... Voir la suite

    Remise de 10 %

    Offre non cumulable avec toute autre promotion en cours, dans la limite des stocks disponibles et exclusivement pour les produits vendus et expédiés par fnac.ch.

    • 28.30 25.45

      Expédié sous 4 à 8 jours

      En magasin

      Retrait gratuit

      Voir la disponibilité en magasin

      Voir toutes les options et délais de livraison
    • Satisfait
      ou remboursé
    • SAV Fnac
      7 jours sur 7
    • Retour gratuit
      en magasin
    • Paiement
      à l'expédition

    1 Offre Spéciale Morphine Monojet

    Remise de 10 %

    Offre non cumulable avec toute autre promotion en cours, dans la limite des stocks disponibles et exclusivement pour les produits vendus et expédiés par fnac.ch.

    LE MOT DE L'ÉDITEUR Morphine Monojet

    Lorsque Al, camé impénitent à la fiabilité incertaine, dérobe un Morphine Monojet - seringue de morphine pour les soldats britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale - dans un sous-sol chez la belle Jackie, Orientale mélancolique, où les aléas du manque l'ont poussé lui et ses deux compagnons, Fernand et le fils perdu, il les lance du même coup à sa poursuite, bientôt effrénée, dans le Paris charnière de 1979, en proie aux reconstructions qui en feront une ville du XXIe siècle. Al vivra-t-il la meilleure défonce de sa vie?

    Auteur d'un premier roman devenu culte, Fasciste, Thierry Marignac a publié plusieurs ouvrages, parmi lesquels À quai (Rivages noir), Renegade Boxing Club (Série Noire) et dernièrement Milieu hostile (Baleine). Il a également publié un essai remarqué sur Norman Mailer.

    Caractéristiques détailléesMorphine Monojet

    • Auteur Thierry Marignac
      Thierry Marignac
    • Editeur Rocher Eds Du
    • Date de parution 25.01.2016
    • Collection Litterature
    • Format 14cm x 19cm
    • Poids 0.2000kg
    • EAN 978-2268081649
    • ISBN 2268081648
    • Nombre de pages 168
    • Format 14,00 x 19,00 x 1,30 cm
    • Poids du produit 0.20 Kg

    AUTRES ŒUVRES Autour de Thierry Marignac

    ARTISTES DU MÊME UNIVERS Autour de Thierry Marignac

    5/5
    • 1
      0
    • 2
      0
    • 3
      0
    • 4
      0
    • 5
      2
    5 Un « roman noir » maculé de blanc ou le tableau réussi d’une jeunesse trop tôt perdue. Posté le 07 févr. 2016

    Le dernier roman de Thierry Marignac cavale, avec de savoureuses expressions, au travers de situations pour le moins compliquées. Compliquées pour les personnages dont on devine qu’ils auraient pu exister dans la vraie vie. Tant de duplicité, de courage, de bassesse, de fraternité ne peuvent qu’avoir été croisés portés par des lascars embusqués dans une salle de café enfumée. Par manque d’imagination, le lecteur dévore les premières pages en songeant au film qu’on pourrait faire d’un tel scénario. Mais très vite, ce même lecteur (moi, par exemple) doit renoncer à cette facilité. Chacune des situations décrites, chacun des moments croqués, chacune des réflexions suscitées par l’histoire haletante qui se déroule dans Morphine Monojet est transcrit en utilisant le vocabulaire qui colle le mieux au moment : grand style, romantique, érudit, argotique, scientifique… tout cela dans un même paragraphe et sans rupture de style. Morphine monojet, roman noir, est paradoxalement un livre blanc. Livide comme la peau des personnages - même si celle-ci vire au bleu lorsqu’ils approchent de l’O.D. Blanc comme le silence que l’on respecte lorsqu’on approche de la tombe d’un ami trop tôt disparu. Blanc comme les 5 dernières pages offertes à notre réflexion de vivants.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    5 Elégant et cruel Posté le 21 janv. 2016

    A l’instar de son "Fasciste" inaugural, ce tout nouvel opus de Thierry Marignac se constitue en témoin d’un espace-temps englouti par plusieurs décennies de mondialisation féroce. Sauf qu’ici c’est la décennie antérieure qui se termine, avec pour toile de fond le Paris interlope de la dope, hanté par la lie humaine fantomatique qui y décante. On ne lit pas ce roman d'une traite à cause de son histoire prétexte, cette course poursuite autour d’une ampoule réglementaire de morphine pure dérobée à un collectionneur de militaria de la seconde guerre mondiale, et qu’un des protagonistes suicidaire planifie de s’injecter en grandes pompes lors d’une apothéose nihiliste, non. On dévore cette histoire pour tout ce qu’il y a autour, tout ce qu’il y a dedans. Pour la plume et le style, pour l’élégance désespérée, pour la façon dont l’auteur nous parle des femmes, pour la subtilité des personnages, pour l’humour froid et la franchise, pour l’absence de romantisme en toc qui plombe les repentis qui voudraient nous faire croire qu’ils ont vécu malgré tout quelque chose de grand et de terrible dans leur malédiction. On ressort de la lecture de Morphine Monojet sans sympathie ni pitié pour son trio de pieds-nickelés de la came, et c’est à ça que se mesure le talent de l’auteur, à ce détachement et à la vision du monde que celui-ci esquisse. Une vision aristocratique où le principal échec des personnages les plus « accros » du roman ne réside pas dans leur déclin physique ou leur degré d’addiction, mais dans leur déshonneur. Ce n’est pas anodin si plusieurs allusions à la généalogie et à l’héritage viennent parsemer ce court roman. Car au-delà du récit picaresque planté dans un Paris interlope à une époque charnière, Morphine Monojet est surtout la chronique d’une prise de conscience d’une certaine jeunesse de ses manquements irrémédiables face à l’antique devoir d’honneur d’une lignée et d’un héritage. Une lutte centrale, tellurique, au coeur du personnage de Fernand qui cherche avant tout, par-delà la morale de l’hygiénisme, à rester digne. Parce que sans dignité, il n’y a plus d’être humain, simplement des marionnettes pathétiques ou tragiques qui se trémoussent ou se contorsionnent dans les affres écoeurantes d’une fin de race et d’une fin de civilisation. C’est l’ombre du "Feu follet" de Drieu La Rochelle qui plane sur ce "Morphine Monojet" à l'humour froid et cruel. Si la littérature est bien ce que vous cherchez dans un roman, un crochet du gauche par ce dernier Marignac en date sera votre douce punition.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?