Or du Rhin - Scala de Milan 1950

Richard Wagner (Compositeur) Wilhelm Furtwängler (Interprète) CD album. 2 volumes Paru le 2 juin 2009
5 1 avis
    Or du Rhin - Scala de Milan 1950_0
    Or du Rhin - Scala de Milan 1950
    • Détails produits
    • Garanties
    • Accessoires inclus
    Compte-tenu de la situation actuelle, nos délais de livraison peuvent être allongés.
    • 22.90

      Expédié sous 4 à 8 jours

      En magasin

      Retrait gratuit

      Voir la disponibilité en magasin

      Voir toutes les options et délais de livraison
    • Satisfait
      ou remboursé
    • Retour gratuit
      en magasin
    • Paiement
      à l'expédition

    Caractéristiques détailléesOr du Rhin - Scala de Milan 1950

    AUTRES ŒUVRES Autour de Richard Wagner

    ARTISTES DU MÊME UNIVERS Autour de Richard Wagner

    Écoute gratuite avec

    Avis clients Or du Rhin - Scala de Milan 1950

    5/5
    • 1
      0
    • 2
      0
    • 3
      0
    • 4
      0
    • 5
      1
    5 Plus d'ardeur qu'en 1953 Posté le 11 août 2013

    Malgré un son plus lointain, je préfère le Ring de 1950 à la Scala à celui de 1953 avec l'Orchestre de la RAI de Rome. La raison est l'orchestre, très médiocre dans le second cas. En revanche, en 1950, avec un orchestre satisfaisant, les passions sont attisées, tout rebondit, tout dialogue, les solistes se dépassent... Un tempo un peu plus rapide contribue aussi à l'animation et aide les chanteurs. Il y a un véritable engagement dramatique, loin du détachement un peu déprimant de beaucoup de disques tardifs, une vie intense. Certes Furtwängler est plus à l'aise dans une majestueuse noblesse que dans le charme sensuel que demande la scène des Filles du Rhin, qu'on écoutera par exemple chez Keilberth et chez Krauss pour en avoir une idée. Mais Furtwängler ne confond pas le monde hautain du Götterdämmerung (le sommet, peut-être, de ce Ring de 1950) avec celui du Rheingold, plus marqué par l'action et le théâtre, moins méditatif. Que de vie et d'ampleur !Les solistes sont hélas très inégaux en 1950.Ferdinand Frantz est tout à fait Wotan, le roi des dieux, plus tard il aura perdu en variété, se contentant d'être massif et autoritaire. La Fricka de Elisabeth Höngen est probablement des plus belles de l'époque. Ludwig Weber est idéal de nuances en Fasolt et l'âge n'a pas encore trop atteint sa voix, Treptow est bon en Froh, Walburga Wegnersatisfait pleinement en Freia. Mais l'Alberich de Pernestorfer, satisfaisant, est, on s'en doute, moins varié que Neidlinger, les Filles du Rhin, Donner et Erda sont corrects et Fafner est léger et inexistant, le Mime d'Emil Markwort n'est que gnome avec sa voix de corbeau, faite pour caractériser, et surtout il y a l'insupportable Loge de Joachim Sattler qui semble jeter la moitié de ses syllabes comme s'il lançait des cailloux aux spectateurs... L'âge, 50 ans, n'explique pas tout, le style est vieilli, "cosimien".


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    Voir Aussi