A l'ombre des tours mortes

Art Spiegelman (Scénario) Art Spiegelman (Dessinateur) Art Spiegelman (Coloriste) spiegelman art (Auteur) Paru en septembre 2004 Bande dessinée (cartonné) en français
3.5 11 avis
    A l'ombre des tours mortes_0
    A l'ombre des tours mortes_1
    A l'ombre des tours mortes_2
    A l'ombre des tours mortes_3
    A l'ombre des tours mortes
    • Résumé
    • Détails produits
    • Garanties
    • Accessoires inclus
    • Date de parution septembre 2004
      Editeur Casterman
      Format 24cm x 34cm
      Nombre de pages 38

      Voir toutes les caractéristiques

    • Le 11 septembre 2001, Art Spiegelman se promenait dans les rues de Manhattan avec sa femme. Soudain, ils ont entendu un fracas épouvantable dans leur dos. C'était la première des tours du World Trade Center qui venait d'être percutée par un avion. Ce jour-là, Spiegelman a d'abord pris conscience de la force du lien qui l'attachait à New-York. Lui qui se considérait avant comme un " cosmopolite déraciné ", lui qui pour rien au monde n'aurait porté un tee-shirt " I love New-York ", s'est rendu compte à quel point il se... Voir la suite

    Compte-tenu de la situation actuelle, nos délais de livraison peuvent être allongés.
    fnacpro.com

    Professionnels ? Profitez des prix négociés

    • 43.50 34.80

      En magasin

      Retrait gratuit

      Voir la disponibilité en magasin

      Voir toutes les options et délais de livraison
    • Satisfait
      ou remboursé
    • Retour gratuit
      en magasin
    • Paiement
      à l'expédition

    1 Offre Spéciale A l'ombre des tours mortes

    Remise de 20 % bandes dessinées

    Offre non cumulable avec toute autre promotion en cours, dans la limite des stocks disponibles et exclusivement pour les produits vendus et expédiés par fnac.ch.

    Avis de la Fnac A l'ombre des tours mortes

    Le 11 septembre 2001, Art Spiegelman se promenait dans les rues de Manhattan avec sa femme. Soudain, ils ont entendu un fracas épouvantable dans leur dos. C'était la première des tours du World Trade Center qui venait d'être percutée par un avion. Ce jour-là, Spiegelman a d'abord pris conscience de la force du lien qui l'attachait à New-York. Lui qui se considérait avant comme un " cosmopolite déraciné ", lui qui pour rien au monde n'aurait porté un tee-shirt " I love New-York ", s'est rendu compte à quel point il se sentait profondément new-yorkais. Les attentats du 11 septembre ont entraîné une deuxième conséquence : il s'est remis à la bande dessinée. Depuis la parution de Maus, son best-seller traduit en plus de vingt langues, Art Spiegelman avait presque cessé de dessiner des BD. Il s'était contenté de quelques histoires courtes publiées dans les pages de l'hebdomadaire The New Yorker. Depuis près de dix ans, l'essentiel de son activité consistait à se creuser la cervelle pour concevoir et dessiner des couvertures pour ce très chic hebdomadaire de la côte Est. Une tâche pas si simple que ça, la plupart de ces dessins donnant lieu à d'interminables négociations avec la direction du journal. La plus fameuse de ces couvertures étant, bien sûr, celle publiée dans le numéro d'après les attentats : on découvrait les deux tours jumelles couvertes d'un voile noir et dessinées sur un fond noir. Les rapports difficiles avec le New Yorker et la force émotionnelle des attentats ont décidé Spiegelman à revenir à sa passion de toujours, la BD. A l'ombre des tours mortes est le résultat de cette prise de conscience tardive de son amour pour la " Grosse pomme " - Spiegelman a grandi dans le Queens et vit à Manhattan depuis le milieu des années 70. Le livre se présente comme un mélange de bandes dessinées, de photos retravaillées à l'ordinateur et de cases détournées des vieilles BD américaines du début du siècle (baptisées comics). A l'ombre des tours mortes raconte, en mêlant autodérision, humour et sens de la mise en scène, à quel point le 11 septembre a bouleversé la vie de son auteur. C'est aussi un manifeste virulent contre la politique de George Bush. C'est, enfin, un plaidoyer en faveur de la liberté de pensée et de conscience, mise à mal par les temps qui courent aux Etats-Unis. Spiegelman revendique à voix haute la nécessité de préserver son sens critique. Il refuse de céder à l'embrigadement et au repli sur soi prônés par ses dirigeants. A l'ombre des tours mortes est une bande dessinée éminemment politique, dans laquelle l'auteur affirme pleinement sa liberté d'artiste. Publié dans divers magazines, notamment l'hebdomadaire allemand Die Zeit, ce nouvel album de Spiegelman a paru dans un seul journal américain : Forward, un hebdo à petit tirage, héritier d'un quotidien yiddish du siècle dernier. La force de son propos à dû épouvanter plus d'un rédacteur en chef des grands magazines américains. Art Spiegelman rend aussi hommage aux vieux comics de la fin du XIXe et du début du Xxe siècles. Ces bandes dessinées publiées dans les grands journaux et qui ont joué un rôle si important dans l'éducation des masses américaines, notamment les immigrants. Il explique que bon nombre de New Yorkais, au lendemain des attentats, se sont réconfortés avec la poésie. Après le 11 septembre, on pouvait assister à de nombreuses lectures de poésie en public. Spiegelman, lui, s'est replongé avec délices dans ces vieux comics que sont le Krazy Kat d'Herriman, la famille Illico (Bringing up father) ou le Little Nemo de Winsor McCay. A l'ombre des tours mortes lui a demandé un énorme travail. Chaque planche lui a pris environ un mois - ce qui est considérable. Mais le résultat en vaut la peine. Après tout, il lui a fallu treize longues années pour venir à bout de son Maus. Il était difficile de succéder à une ouvre aussi importante. Il était sans doute impossible de ne pas se sentir tétanisé à l'idée de réaliser une BD qui ne soit pas à la hauteur de ce chef-d'ouvre de la bande dessinée et de la littérature. Avec A l'ombre des tours mortes, Art Spiegelman délivre un livre tout aussi personnel, en forme d'hommage à New York, à la BD et à la liberté individuelle. Une autre grande bande dessinée, tout simplement. En espérant que l'auteur, puisqu'il est décidé à se consacrer de nouveau au neuvième Art, ne nous fasse pas patienter aussi longtemps pour le prochain.

    RÉSUMÉ A l'ombre des tours mortes

    Après Maus, Spiegelman signe son retour à la BD. Né de la confusion provoquée dans son esprit par le 11 septembre, cet album est une prise de position vigoureuse contre les politiques de Bush et du maire de New York. C'est aussi un formidable hommage aux pionniers américains de la BD, dont la lecture a aidé Spiegelman à encaisser le choc des attentats.

    LE MOT DE L'ÉDITEUR A l'ombre des tours mortes

    Spiegelman, qui vit à New York, a commencé à travailler à ce livre juste après l'attentat du 11 septembre 2001 contre les tours new-yorkaise du World Trade Center. Et il n'est évidemment pas indifférent que son travail paraisse en album, très symboliquement là aussi, trois ans pile après ces attentats, alors que la campagne électorale présidentielle américaine entre dans sa dernière ligne droite.
    L'ouvrage de Spiegelman est un véritable livre-objet, atypique et superbe, ajoutant de nombreuses images inédites aux planches déjà pré-publiées par l'hebdomadaire Courrier international et plusieurs revues européennes. L'ouvrage paraît simultanément en français et aux états-Unis, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Italie et aux Pays-Bas.

    Caractéristiques détailléesA l'ombre des tours mortes

    • Scénario Art Spiegelman
    • Dessinateur Art Spiegelman
    • Coloriste Art Spiegelman
    • Auteur spiegelman art
    • Editeur Casterman
    • Date de parution septembre 2004
    • Format 24cm x 34cm
    • Poids 1.0520kg
    • EAN 978-2203370067
    • ISBN 2203370068
    • Illustration Illustrations couleur
    • Nombre de pages 38
    • Format 24,10 x 34,80 x 2,00 cm
    • Poids du produit 1.05 Kg

    AUTRES ŒUVRES Autour de Art Spiegelman

    ARTISTES DU MÊME UNIVERS Autour de Art Spiegelman

    Avis clients A l'ombre des tours mortes

    3.5/5
    • 1
      2
    • 2
      1
    • 3
      2
    • 4
      1
    • 5
      5
    4 à lire Posté le 31 janv. 2007

    J'ai du mal à comprendre ce que l'on reproche à cette BD. Elle n'est pas évidente à comprendre et il y a sans aucun doute 1000 références que peu de nous peuvent comprendre, mais cela n'en fait pas un mauvais livre pour autant. Et les personnes qui prétendent qu'il est "vite lu" n'ont tout simplement pas pris le temps d'en apprécier les subtilités ; c'est dommage. Quant au prix, je le trouve justifier. Ce livre est magnifique ! même s'il ne comporte que 10 planches ... mais quelles planches !


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    3 deçue Posté le 12 févr. 2005

    Après avoir lu Maus (histoire maginfique servie par des dessins superbes), j'ai été relativement déçue par ce nouvel album. Certes, il est très esthétique (cartonné, en couleurs) .. mais le contenu, assez bof ... trop vite lu, et trop dipersé .. dommage


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    2 Déception Posté le 02 nov. 2004

    S'il n'avait pas écrit l'incroyable "Maus", il y a plus de 10 ans, "les deux tours" n'aurait jamais pu exister. Près de 30 euros pour 10 planches loin d'être extraordinaires. Près de 30 euros pour un fil conducteur obscur. Près de 30 euros pour beaucoup de carton et un format qui ne rentre même pas dans ma bibliothèque... Ca fait beaucoup...


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    5 Bouleversant Posté le 28 sept. 2004

    l'auteur de Maus a le courage de tout dire sur l'attentat du 11 /09, osant pointer son doigt effaré sur cette fin du monde annoncée par les égales fureurs d'Al Qaida et de Bush une BD magistrale et décisive.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    5 Spiegelman, le maître Posté le 08 sept. 2004

    Et oui, c'est pas donné mais ça revient cher d'imprimer ce genre de livre (ce ne sont pas des pages mais des planches cartonnées). J'ai été un peu décu en voyant qu'il n'y avait qu'une dizaine de planches (plus quelques autres petites choses à découvrir tout de même) mais lorsque j'ai terminé le livre, je n'ai pas regretté. Spiegelman est un maître. A lire également "Bons baisers de New york", chez Flammarion.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    Voir tous les avis