Pièces pour violon et basse continue , BWV Anhang II 153, BWV1024, BWV1023 - Suite pour violon et clavecin , BWV1025

Jean-Sébastien Bach (Compositeur) Helene Schmitt (Violon) Alain Gervreau (Violoncelle) Jan Willem Jansen (Clavecin) notes en français - clavecin allemand de M.Griewisch CD album Paru le 29 mars 2001
5 3 avis
    • Pièces pour violon et  basse continue , BWV Anhang II 153, BWV1024, BWV1023 - Suite pour violon et clavecin , BWV1025_0
    Pièces pour violon et  basse continue , BWV Anhang II 153, BWV1024, BWV1023 - Suite pour violon et clavecin , BWV1025
    • Détails produits
    • Garanties
    • Accessoires inclus
    • 29.90

      Expédié sous 4 à 8 jours

      En magasin

      Retrait gratuit

      Voir la disponibilité en magasin

      Voir toutes les options et délais de livraison
    • Satisfait
      ou remboursé
    • SAV Fnac
      7 jours sur 7
    • Retour gratuit
      en magasin
    • Paiement
      à l'expédition

    Caractéristiques détailléesPièces pour violon et basse continue , BWV Anhang II 153, BWV1024, BWV1023 - Suite pour violon et clavecin , BWV1025

    AUTRES ŒUVRES Autour de Jean-Sébastien Bach

    ARTISTES DU MÊME UNIVERS Autour de Jean-Sébastien Bach

    Écoute gratuite avec

    Avis clients Pièces pour violon et basse continue , BWV Anhang II 153, BWV1024, BWV1023 - Suite pour violon et clavecin , BWV1025

    5/5
    • 1
      0
    • 2
      0
    • 3
      0
    • 4
      0
    • 5
      3
    5 Archet conquérant... Posté le 29 janv. 2007

    Certains athlètes se sont casser les reins à vouloir interpréter certaines pièces ici gravées pour violon et basse continue (lire : Manze -HM) Tel n'est pas le cas ici. Hélène Schmitt se révèle à la fois virtuose et d'une justesse exemplaire dans l'interprétation d'Suvres pour violon moult fois enregistrées mais dont on tient ici la meilleure gravure avec celle, bien sûr, de Reinhard Goebel (Archiv). Inventive, parfois furieuse, elle ne craint pas de prendre des risques; elle révèle toute sa fabuleuse technique en livrant ici et là quelques pirouettes qui font le bonheur de l'auditeur résolument captif. Son plus grand mérite est de rendre Bach captivant, attrayant, mordant. La Fugue pour violon et basse continue BWV 1026, notamment, est un petit chef-doeuvre d'inventivité, démontrant la très grande virtuosité de l'interprète. Elle fait décidément ce quelle veut de son violon. Quelle technique ! Et ces accords torturés en basse fréquence ! Délectez-vous également du premier mouvement, en violon solo, de la sonate BWV 1023. Bien que visionnaire, voire expérimentatrice dans son approche, madame Schmitt conserve «l'esprit Bach» se gardant bien de quelconque frivolité et de surenchère inutile. Une référence.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    5 Archet conquérant... Posté le 28 janv. 2007

    . Hélène Schmitt se révèle à la fois virtuose et d'une justesse exemplaire dans l'interprétation d'Suvres pour violon moult fois enregistrées mais dont on tient ici la meilleure gravure avec celle, bien sûr, de Reinhard Goebel (Archiv). Inventive, parfois furieuse, elle ne craint pas de prendre des risques; elle révèle toute sa fabuleuse technique en livrant ici et là quelques pirouettes qui font le bonheur de l'auditeur résolument captif. Son plus grand mérite est de rendre Bach captivant, attrayant, mordant. La Fugue pour violon et basse continue BWV 1026, notamment, est un petit chef-doeuvre d'inventivité, démontrant la très grande virtuosité de l'interprète. Elle fait décidément ce quelle veut de son violon. Quelle technique ! Et ces accords torturés en basse fréquence ! Délectez-vous également du premier mouvement, en violon solo, de la sonate BWV 1023. Bien que visionnaire, voire expérimentatrice dans son approche, madame Schmitt conserve «l'esprit Bach» se gardant bien de quelconque frivolité et de surenchère inutile. Une référence.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    5 Archet conquérant... Posté le 26 janv. 2007

    Certains athlètes se sont casser les reins à vouloir interpréter certaines pièces ici gravées pour violon et basse continue (lire : Manze -HM). Tel n'est pas le cas ici. Hélène Schmitt se révèle à la fois virtuose et d'une justesse exemplaire dans l'interprétation d'oeuvres pour violon moult fois enregistrées mais dont on tient ici la meilleure gravure (avec celle, bien sûr, de Reinhard Goebel (Archiv)). Inventive, parfois furieuse, elle ne craint pas de prendre des risques; elle révèle toute sa fabuleuse technique en livrant ici et là quelques pirouettes qui font le bonheur de l'auditeur résolument captif. Son plus grand mérite est de rendre Bach captivant, attrayant, mordant. La Fugue pour violon et basse continue BWV 1026, notamment, est un petit chef-d'oeuvre d'inventivité, démontrant la très grande virtuosité de l'interprète. Elle fait décidément ce qu'elle veut de son violon. Quelle technique ! Et ces accords torturés en basse fréquence ! Délectez-vous également du premier mouvement, en violon solo, de la sonate BWV 1023. Bien que visionnaire, voire expérimentatrice dans son approche, madame Schmitt conserve «l'esprit Bach» se gardant bien de quelconque frivolité et de surenchère inutile. Un disque rare. Une référence.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?