José Serebrier dirige Mennin, Lee et Serebrier

    José Serebrier dirige Mennin, Lee et Serebrier_0
    José Serebrier dirige Mennin, Lee et Serebrier
    • Résumé
    • Détails produits
    • Garanties
    • Accessoires inclus
    • Interprète(s) The Adelaïde Symphony Orchestra Plainfield Symphony Orchestra
      Date de parution mai 2017

      Voir toutes les caractéristiques

    • José Serebrier (né en 1938) chef d'orchestre et compositeur uruguayen fut assistant de Léopold Stokowski et décrété par le maître "The greatest master of orchestral balance" alors qu'il n'avait qu'une vingtaine d'années ! C'est effectivement un chef efficace qui enregistre énormément mais prend aussi le temps de composer. Ce disque en forme de carte de visite est l'illustration de cette double casquette. La neuvième symphonie de l'américain Peter Mennin (1923-1983) date de 1981. Elle comprend trois mouvements contrastés par... Voir la suite

    fnacpro.com

    Professionnels ? Profitez des prix négociés

    • Satisfait
      ou remboursé
    • Retour gratuit
      en magasin
    • Paiement
      à l'expédition

    LE MOT DE L'ÉDITEUR José Serebrier dirige Mennin, Lee et Serebrier

    José Serebrier (né en 1938) chef d'orchestre et compositeur uruguayen fut assistant de Léopold Stokowski et décrété par le maître "The greatest master of orchestral balance" alors qu'il n'avait qu'une vingtaine d'années ! C'est effectivement un chef efficace qui enregistre énormément mais prend aussi le temps de composer. Ce disque en forme de carte de visite est l'illustration de cette double casquette. La neuvième symphonie de l'américain Peter Mennin (1923-1983) date de 1981. Elle comprend trois mouvements contrastés par une alternance de climats. Le premier est roboratif, volontaire, composé chimique d'éléments en fusion ; le second introverti et mélancolique ; le final expansif et affirmatif. A l'écoute la symphonie est d'une habile orchestration mais son écriture recourt au même procédé dans un style typique des symphonistes américains (Walter Piston). Deux ou trois cellules thématiques assez floues (sérielles?) et des développements polyphoniques anarchiques, une tension irrépressible qui aboutit à une explosion orchestrale généralisée. Le "Poema Elegiaco" (1958) de Serebrier (Fragment d'une ouvre plus vaste intitulée Partita) évoque le Villa-Lobos des symphonies, bigarré, chatoyant, lyrique. La pièce "Veri" (Comme vérité) de William Lee repose elle sur une thématique "anthropologique". Chaque mouvement suggérant un concept et une image (Sol Luna Terra Elementi Homo Sapiens). L'écriture de chaque épisode est méticuleuse et la cohésion de l'ensemble ne se révéle qu'au dernier mouvement par une structure en arche. Substrat philosophique pompeux mais illustration musicale soignée. La dernière pièce "Nueve" est signée Serebrier. Recherche sonoriste sur l'instrument (contrebasse) et son contexte (voix et percussion), elle préfigure selon la notice : "The most accessible and enduring music of the pre-digital era "multimédia" experiments of the 1960s and 70s". On ne saurait mieux dire. (Jérôme Angouillant)

    Caractéristiques détailléesJosé Serebrier dirige Mennin, Lee et Serebrier

    AUTRES ŒUVRES Autour de Warren Lee

    ARTISTES DU MÊME UNIVERS Autour de Warren Lee

    Ecoute de l'album José Serebrier dirige Mennin, Lee et Serebrier

    • 01 Peter Mennin (1923-1983) : Symphonie n° 9
    • 02 José Serebrier (1938-) : Poema elegiaco
    • 03 José Serebrier (1938-) : Nueve
    • 04 William Lee (1929-2011) : Veri
    • 05 Track_5
    • 06 Track_6
    • 07 Track_7
    • 08 Track_8
    • 09 Track_9
    • 10 Track_10

    Avis clients José Serebrier dirige Mennin, Lee et Serebrier