Avis client

T-L
Actif depuis le 26 août 2019
Dernier avis le 26 août 2019
2 avis rédigés
1/5 évaluation moyenne
9 notes utiles

Cora dans la spirale
Cora dans la spirale Très déçu
Note générale
Très déçu
Roman étrange Je voulais vraiment aimer cet ouvrage et le sujet ne me rebutait pas. Au contraire, les questions qu'aborde ce roman m'intéressaient. Malheureusement, je trouve l'écriture de cet auteur... froide. On a comme l'impression que ces personnages ne l'intéressent pas vraiment, mais sont autant de marionettes utilisées uniquement pour prouver ce qu'il a envie de faire voir au lecteur. On n'y croit pas, en somme. Je n'ai jamais eu l'impression que la fameuse Cora était un vrai personnage, pas plus que j'ai ressenti de la sympathie ou de l'antipathie pour elle ou pour les autres personnages. Au bout d'un certain nombre de chapitres, je me suis vite ennuyé et j'ai laissé tomber (ce que je déteste faire avec un livre). Je l'ai repris plus tard en diagonale et mes suspicions ont été confirmées. En effet, en lisant le début, je me suis dit 'tu paries combien qu'il va se passer telle chose, qu'il y aura tel type de situation, tel type de personnage, qu'il s'agit de démontrer telle chose, telle autre chose ?" Ca n'a pas manqué et j'y ai trouvé, point pour point, ce que je pensais trouver. En lisant ce roman, je n'ai pu m'empêcher de penser aux essais "A Room of One's Own" et "Three Guineas" de Virginia Woolf. La situation des femmes décrite dans ces deux essais a bcp évolué et bien des choses ont changé depuis l'époque où ils furent publiés. On pourrait penser que ces deux textes seraient donc complètement dépassés, vu le changement radical des conditions de vie. Et pourtant, ces deux ouvrages réalisent l'étrange paradoxe de décrire des faits qui n'ont plus lieu aujourd'hui tout en restant d'une pertinence et d'une actualité éclatante. Et on ne peut évidemment pas oublier l'humour très fin et typiquement britannique de l'auteur... Malheureusement, rien de tout cela dans ce roman. Peut-être que l'auteur devrait plutôt présenter ses idées sous forme d'essai ?
Mordicus
Mordicus Très déçu
Note générale
Très déçu
Ouvrage étrange Un ouvrage étrange, qui accumule arguments-type peu originaux, utilisés et réutilisés ad nauseam. Aucune vision d'ensemble, aucune argumentation pertinente, mais une accumulation de trucs et astuces ainsi que de recettes, que tout enseignant de Lettres Classiques connaît déjà et qui n'intéresseront pas forcément le grand public qui souhaiterait plutôt une vision d'ensemble sur le monde antique. Il manque aussi une bibliographie finale ainsi qu'un index. Pour le bref historique de l'enseignement du latin en France, par exemple, il n'y qu'un renvoi à un site internet. C'est un peu gênant tout de même et cet historique n'offre jamais une analyse précise des divers enjeux de l'enseignement à travers les époques. On y trouve aussi des poncifs typiques du milieu des enseignants du secondaire : jadis, les vilains-méchants professeurs de Lettres Classiques enseignaient en se servant du "Les Lettres Latines" et faisaient traduire au kilomètre ces pauvres élèves qui souffraient le martyre. On peut se rassurer, tout cela est fini ! Suit alors le relevé de tout un ensemble d'activités qui relèvent des dernières lubies didacto-pédagogiques numérico-digitales, qui seront sans doute elles-mêmes jugées surannées et obsolètes dans dix ans et remplacées par d’autres lubies. C'est tout de même assez simpliste, ces oppositions en termes absolus qui veulent que tout ce qui est ancien est mauvais, tout ce qui est nouveau est bon et qui rendent très mal compte de ce que c'est que d'enseigner. Et c’est d’autant plus inquiétant que ce genre de simplifications provient d'un enseignant. Et que dire de l'opposition étrange et peu nécessaire, au début du texte, entre l'auteur, "praticien du latin", et les universitaires, dépeints sous un jour caricatural, dont la défense des langues anciennes relève "d'affirmations de pur esthète" et proviennent de gens qui "s'enferment, entre sommités, dans les amphithéâtres feutrés des universités les plus prestigieuses"? L’Antiquité, tout comme l’Égypte, le Moyen Âge, ou l’époque moderne intéressent tout autant (sinon plus !) les adultes que les élèves et il est donc fâcheux d’adopter une vision aussi myope ou de se consacrer uniquement au secondaire, qui traverse une crise qui va bien au-delà des langues anciennes. L'enjeu ne se limite pas aux seuls élèves, mais concerne la société en général. Plutôt que de lire ce livre, mieux vaut consulter : Mary BEARD, SPQR: A History of Ancient Rome, 2015. Edith HALL, The Ancient Greeks: Ten Ways They Shaped the Modern World, 2016. Edith HALL, Aristotle's Way: How Ancient Wisdom Can Change Your Life, 2018. Martha NUSSBAUM, Not for Profit: Why Democracy Needs the Humanities, 2012. Martha NUSSBAUM, Anger and Forgiveness: Resentment, Generosity, Justice, 2016 Jacqueline DE ROMILLY, Pourquoi la Grèce ? 1992. Jacqueline DE ROMILLY, Ce que je crois, 2012.