Avis client

Laurent L.
Actif depuis le 15 février 2009
Dernier avis le 17 janvier 2019
92 avis rédigés
4/5 évaluation moyenne
489 notes utiles

Buried
Buried Super !
Note générale
Super !
Ca sent le sapin ! Un américain est enlevé en Irak. Ses ravisseurs vont l'ensevelir vivant dans un cercueil, en attendant qu'une rançon soit versée... Et bien j'ai découvert que l'on pouvait regarder sans s'ennuyer un film d'1h30 avec un unique acteur enfermé dans une boîte ! Alors d'accord, dès les premières minutes on étouffe, on a envie de sortir du cercueil, on se demande comment tout cela va se terminer. Et puis arrive la fin du film, et là on se prend une claque (je me suis demandé pendant le film s'ils allaient oser cette fin… et bien ils ont osé !). Un film de huis clos qui mérite amplement ses 5 étoiles.
Note générale
Bien
Bien, mais... Fan de Madonna, j'avais vu un de ses concerts du Rebel Heart Tour à Bercy, et j'avais donc hâte de le voir en DVD. On retrouve bien dans les captations du DVD (les concerts australiens je crois) le côté grandiose du concert, certains classiques revisités très réussis (Deeper and deeper, La Isla Bonita...), et Madonna au top, souriante. On perd néanmoins (un peu) le côté chaleureux du concert live : il est vrai qu'à Bercy on était quelques jours après les attentats du 13 novembre, l'atmosphère était un peu spéciale, le public chantait la Marseillaise entre deux chansons... Mais au final ce n'est pas le plus important. Le vrai problème ici est ce montage du concert, à la limite du supplice : un enchainement de plans saccadés à la vitesse d'un stroboscope. C'est quoi le but en faisant cela ? On peut mettre du rythme dans un montage, mais pas faire de la bouillie... Une étoile en moins donc, il ne fallait pas grand chose pour qu'il y en ait deux... Dommage qu'il n'y ait pas non plus les coulisses de la tournée en bonus.
Pride DVD
Pride DVD Super !
Note générale
Super !
Waouuuuuuuuh !!! Un groupe d'activistes gays et lesbiens décide de soutenir un village du Pays de Galles, en pleine grève des mineurs durant les années 80. Scénario complètement improbable, et pourtant le film est inspiré d'une histoire vraie. Au-delà du film, il faut remarquer que le syndicat principal des mineurs a renvoyé l'ascenseur à la communauté LGBT lorsqu'il a fallu faire pression sur le parti travailliste pour inscrire dans leur programme électoral l'égalité des droits entre hétéros et homos... qui a été mise en place, avec le contrat d'union civile ! L'effet papillon en quelque sorte. Le film est un pur moment de bonheur, on passe du rire aux larmes, embarqué dans cette histoire par une bande d'acteurs exceptionnels, tellement leur jeu est juste et naturel. Et en prime, une bande son des années 80 : Bronski Beat, Frankie Goes to Hollywood, Dead or Alive, Culture Club...
Note générale
Bien
Des plombs das les pastèques Vince Majestyk (Charles Bronson) cultive des pastèques dans le Colorado. Accusé d'une agression, il est conduit en prison où il rencontre Frank Renda (Al Lettieri), un caïd local qui va embarquer Vince, bien malgré lui, dans une tentative d'évasion. Mais lorsque Vince décide de se servir de Renda comme monnaie d'échange pour acheter sa liberté et retourner à ses pastèques, Renda ne pensera plus qu'à une chose : se venger un jour de Vince et le tuer... Ce bon film de Richard Fleischer, c'est l'histoire d'un grain de sable qui entraine une cascade d'événements. Avec une ambiance Colorado 70's et d'excellents acteurs parfaits dans leurs rôles : Bronson bien sûr, en agriculteur paisible qui cherche à se ranger après avoir été en délicatesse avec la justice, Lettieri en brute sanguinaire bas de plafond, la belle mexicaine Nancy (Linda Cristal) qui cherche toujours à aller aux toilettes (deux fois dans le film !), et le petit blondinet tête-à-claques Kopas (Paul Koslo). Elégant digibook DVD + Bluray + livret, où l'on vous expliquera pourquoi des pastèques ont été choisies, et pas des melons...
Note générale
Super !
Il faut savoir écouter toutes les opinions, même quand elles dérangent Le livre est constitué de deux parties : une intro d'une quarantaine de pages expliquant la guerre de civilisations qui aurait actuellement cours en France, avec quelques idées-forces : pas de différence entre Islam et islamisme, absence de défense des valeurs françaises par les élites, nécessité d'abroger l'état de droit dans cette situation de guerre. Il décrit également l' "Opération ronces", un plan de l'armée française qui viserait à reconquérir les territoires régis par l'Islam. Suivent une compilation de ses chroniques sur RTL, entre janvier 2013 et cet été. Les analyses d'Eric Zemmour tranchent nettement avec celles prodiguées par les médias de masse, c'est un fait et c'est très bien. Elles manquent parfois de nuances, soit. Mais ce n'est pas une raison pour les rejeter en bloc, au risque de tomber dans la caricature. Il évoque des faits, qu'il faut savoir entendre. Ou qui doivent au moins nous conduire à nous interroger et à conclure : encore un quinquennat pour rien...
Note générale
Super !
Machiavélisme et complots diaboliques Une servante (Jean Simmons) découvre que son patron (Stewart Granger), récemment veuf, a en fait empoisonné sa femme. Un bon moyen pour le faire chanter et le contraindre à devenir son amant... On cherche vainement des faiblesses à ce film, servi par des acteurs parfaitement convaincants dans leurs rôles, dans des costumes et des décors victoriens superbes. Les machinations s'enchainent dans cette maison cossue, les intrigues se multiplient, laissant le film sans aucun temps morts. Au final, un bon film à suspens.
Note générale
Super !
Film d'angoisse Malgré un scénario classique (on suit l'enquête du FBI sur un pervers qui harcèle une employée de banque pour lui faire voler de l'argent), le film est sublimé par une magnifique photo en noir et blanc, qui crée une véritable ambiance angoissante, renforcée par l'excellente musique d'Henry Mancini (je suis le seul à trouver que cette musique ressemble beaucoup à celle de l'émission 'Faites entrer l'accusé' ?). Les acteurs sont parfaits dans leurs rôles, même si on aurait pu espérer des personnalités plus fouillées.
Note générale
Super !
Encore un très beau film DisneyNature Dans une forêt du Sri Lanka, les tribulations d'un groupe de macaques à toque, parmi lesquels une jeune mère Maya et son bébé Kip... Encore un très beau film DisneyNature, avec des images vraiment exceptionnelles (je n'avais jamais vu des singes nager...). Les macaques, avec leurs cheveux sur la tête coiffés à la mode des années 70, sont absolument craquants, et je ne parle même pas des bébés, à fondre. Un spectacle pour petits et grands, assurément.
Note générale
Super !
La force de la volonté En 1943, l'histoire vraie d'un résistant déterminé, qui organise son évasion de la prison militaire où il est incarcéré. Un film de Robert Bresson très dépouillé, où chaque plan est savamment calculé, épuré, éclairé, liés par une mise en scène ultra fluide, minutieuse, rigoureuse. Les acteurs ont un jeu minimaliste, sans intention : Bresson ne leur donnait aucune directive, les plans étaient recommencés jusqu'à ce que les acteurs parviennent, de fait par hasard, à ce que souhaitait le réalisateur. Enfin, le son est très travaillé (sifflement des trains, cloches, ...) ajoutant à la tension du film. Une leçon de cinéma.
Note générale
Super !
Noir, sombre, obscur François commet un meurtre et se barricade dans sa chambre d'hôtel, encerclé par la police. Il se remémore alors, pendant de longs flashbacks, les événements qui ont précédés son acte... Voilà un vrai film noir, un des pionniers du genre, tourné en 1939 : une période sombre de l'histoire de France qui prêtait plutôt au pessimisme. On ressent cela dans le film, dont le principal attrait réside aussi dans son 'atmosphère réaliste' : des décors très travaillés, des éclairages savamment étudiés, quelques objets symboliques,... Au final, une histoire d'amour tragique dans la France d'avant-guerre, avec Jean Gabin, tendre et violent, Arletty, lucide et touchante, et Jules Berry, pervers et provocateur.
Le Tueur
Le Tueur Super !
Note générale
Super !
Du bon Gabin Le commissaire divisionnaire Le Guen (Jean Gabin) est à la poursuite de Georges Gassot (Fabio Testi), un dangereux assassin qui vient de s'évader d'un hôpital psychiatrique. Le Guen, dont les méthodes 'à l'ancienne' ne conviennent guère au nouveau directeur de la PJ Tellier (Bernard Blier), tend de multiples pièges à Gassot, qui ne recule devant aucun meurtre pour pouvoir sauver sa peau... Certes, Jean Gabin est plutôt réglé sur pilotage automatique dans ce film, mais on regarde avec plaisir son face à face avec Bernard Blier, et Fabio Testi en tueur sans scrupules est assez flippant. Au final, un bon policier de Denys de la Patellière, dans la France du début des années 70, où l'on voit la Tour Montparnasse en cours de construction et les Halles en cours de destruction...
Note générale
Bien
Un classique du film policier A Montmartre, un mystérieux assassin commet des meurtres en série en les signant de sa carte de visite 'Monsieur Durand'. Le commissaire Wens, accompagné de son amie chanteuse Mila, décide d'enquêter en s'introduisant dans la pension Les Mimosas, 21 avenue Junot, où est sensé résider l'assassin. Est-ce Mme Point, la gérante de la pension, ou l'un de ses pensionnaires : l'artisan Collin, l'écrivaine Mlle Cuq, le docteur Linz, le fakir Lalah-Poor, l'ancien boxeur devenu aveugle Kid Robert ou son infirmière Vania ? Un petit côté Cluedo (Cluezo ?) pour ce premier film d'HG Cluezot, tourné en 1942 pendant l'Occupation. Un film d'enquête avec une intrigue de qualité, servi par des acteurs avec des 'trognes'. Et évidemment, ' l'assassin ' n'est pas celui ou celle que l'on croit...
Note générale
Super !
'C'est beau la famille !' Noël Schoudler (Jean Gabin) est un patriarche à la tête d'un empire économique. Il affronte son fils (Jean Dessailly) et son cousin (Pierre Brasseur), qui n'ont pas les mêmes idées que lui sur la façon de gérer les affaires et sur l'usage de l'argent. Mais la leçon que veut leur donner Schoudler va mal tourner... Sur des dialogues de Michel Audiard, un casting prestigieux : un grand Gabin, en autocrate cynique, dur, sans scrupules pour gérer ses affaires ; Bernard Blier en fondé de pouvoir obséquieux, coupable d'une affaire 'honteuse' ; Pierre Brasseur, un peu moins théâtral que d'habitude. Au final, un grand film où l'on ne s'ennuie pas une seule minute.
Note générale
Super !
Un western rude comme un hiver dans le Wyoming Une bande de hors-la-loi prend en otage les quelques habitants d'un village perdu dans les montagnes du Wyoming. Pourchassés par la cavalerie, les truands devront alors fuir et entamer une chevauchée meurtrière sans issue au sein d'une montage hostile... Un beau western rude, rigoureux, étouffé par la neige. Un décor dépouillé, claustrophobique, avec des scènes fortes : une extraction de balle à éviter aux âmes sensibles, une danse un peu trop virile pour les femmes du village... Et au final, un grand film noir, en tension permanente.
Note générale
Super !
Un notable ne peut être coupable Le pharmacien Duval, notable de la ville de Pontarlier, assassine une jeune femme. L'amant de cette dernière est accusé à tort du meurtre. Mais coup de théâtre : au procès, Duval fait partie des jurés. Comment celui-ci réagira-t-il au procès d'un innocent ? Un excellent film avec une tonalité très chabrolienne : une ville de province, un meurtre, des notables solidaires entre eux à la recherche du coupable idéal, ... Mais c'est surtout la fin du film, kafkaïenne, qui finira par enfoncer le clou de ce film où domine la prestation de Bernard Blier, magistral.
Note générale
Bien
Banaaaaaaannnnnnnaaaaaaaaaaaa ! Les Minions s'ennuient car ils n'ont plus de Méchant à assister. Alors les trois Minions Kevin, Bob et Stuart partent à la recherche d'un nouveau Maître et tombent sur la Super Méchante Scarlett Overkill, qui souhaite s'emparer de la couronne de la Reine d'Angleterre... Forts de leur succès dans 'Moi, moche et méchant', les Minions ont droit à leur propre dessin animé : ils sont toujours aussi stupides et provoquent toujours autant de catastrophes. Mais on sourit peut-être plus qu'on ne rit par rapport aux précédents épisodes. A voir néanmoins pour se changer les idées et regarder les plus jeunes se marrer !
Vivre vite
Vivre vite Super !
Note générale
Super !
Enfin ! Enfin ! Le 'Besson 2015' nous permet de retrouver la qualité des premiers romans de l'auteur, après de nombreux opus annuels décevants. A la manière d'un documentaire, ce roman (ce n'est pas une autobiographie) est composé de courts témoignages de proches, amis, rencontres de passage, qui éclairent la personnalité de James Dean. Cette structure permet ainsi à Philippe Besson de faire ce qu'il sait faire de mieux : décrypter en profondeur les âmes et leurs tourments, en prenant son temps. Le style est fluide et concis, comme d'habitude. Un fois le livre lu, on regrette qu'il se termine déjà, on se félicite du choix du titre, et on se demande, finalement, ce qui relève de la réalité ou du roman...
Note générale
Moyen
Sympa Avec une boite de vitesses en mauvais état, Dusty doit abandonner les rallyes aériens ; il décide alors de passer un brevet pour devenir pompier du ciel, afin que l'aéroport de Propwash Junction puisse réouvrir...Malgré cette intrigue un peu mince et un film qui met quelque temps à décoller (normal...), on s'attache aux personnages et on profite surtout des paysages sublimes et des scènes d'incendies particulièrement impressionnantes (voir la scène du pont). Au final, un film qui se laisse regarder et qui doit plutôt scotcher les enfants.
Note générale
Super !
Un nouveau volet presque parfait Dans les ruines de San Francisco, un groupe d'humains ayant survécu à la grippe simienne veut accéder à un barrage hydraulique afin de rétablir l'électricité dans la ville. Or, ce barrage se situe sur le territoire des singes, dirigé par César, lesquels sont extrêmement méfiants vis-à-vis des hommes. Combien de temps va s'écouler avant que la guerre ne soit déclarée, pour affirmer la suprématie d'un camp sur l'autre ?Film assez époustouflant : décors post-apocalyptiques bluffants de San Francisco de nouveau envahie par la végétation, effets spéciaux efficaces pour récréer les singes (avec peut-être un peu trop d'anthropomorphisme ?), scènes d'actions spectaculaires et très réalistes... L'ensemble permet une véritable immersion dans le film. Et puis surtout, derrière tout cela, il y a un SCE-NA-RIO, qui mène à réfléchir sur l'équilibre dans un groupe, les moyens pour préserver sa communauté, la vie avec l'autre, la nécessité de dominer... Une suite est déjà en préparation pour l'été 2016.
Note générale
Moyen
Pas révolutionnaire Avec une boite de vitesses en mauvais état, Dusty doit abandonner les rallyes aériens ; il décide alors de passer un brevet pour devenir pompier du ciel, afin que l'aéroport de Propwash Junction puisse réouvrir...Malgré cette intrigue un peu mince et un film qui met quelque temps à décoller (normal...), on s'attache aux personnages et on profite surtout des paysages sublimes et des scènes d'incendies particulièrement impressionnantes (voir la scène du pont). Au final, un film qui se laisse regarder et qui doit plutôt scotcher les enfants.