Avis client

Franz1983 Rouen
Actif depuis le 10 mai 2013
Dernier avis le 21 octobre 2014
573 avis rédigés
4.5/5 évaluation moyenne
480 notes utiles

Blueberry - Blueberry, Tome 1
Fort Navajo Super !
Note générale
Super !
Guerres apaches et début d'une magnifique aventure de BD! Le dessin n'est pas encore à maturité, les fautes d'orthographe sont multiples dans cette édition mais immédiatement, le charme opère! Dans les fabuleux paysages de l'Ouest, l'intrigue (début des guerres apaches avec l'admirable Cochise) est captivante, dramatique. Bravo au texte de Charlier! Bravo au cadrage dynamique et irréprochable de Giraud! Le personnage de Blueberry, novateur à l'époque (tricheur, buveur, bagarreur, indiscipliné) fascine tout de suite. Quel sens intelligent, non moralisateur, de la justice! Quelle ruse! Cet album se dévore!
Kubrick
Kubrick Super !
Note générale
Super !
LE livre sur Stanley Kubrick! Fasciné par le Maître qu'il étudie sans critiquer, Michel Ciment nous livre des entretiens intéressants et des analyses artistiques, symbolistes et psychologiques passionnantes, qui donnent toute son ampleur à l'oeuvre de Kubrick. C'est l'ouvrage indispensable sur le cinéaste.
Note générale
Bien
Belle surprise Une vie non vécue, un accident, une fuite et voici le personnage principal en exil dans les splendides montagnes de Kotor, se fuyant et se retrouvant. Ce film m'a surpris et capturé, notamment lors de la saisissante et troublante traversée de l'Adriatique. Un des meilleurs rôles de Duris.
Jhen - Jhen, T14
Draculea Super !
Note générale
Super !
Excellent! Il m'a fallu un peu de temps pour m'habituer au dessin et aux couleurs, différents de l'âge d'or de Jhen, mais cet album est un plaisir! Oublié, le vide "Sérénissime"! Il y a bien longtemps que je n'avais pas lu un Jhen avec autant de curiosité, d'envie, de frisson. La folie, la cruauté, l'orgueil des hommes, thèmes centraux de la série, sont ici très bien exploités dans les neiges sanglantes de Valachie. La rivalité des châteaux voisins me rappelle "La cathédrale", ce qui est un compliment.
Note générale
Bien
Agréable moment du côté du port d'Alexandrie Bien sûr, fini est l'âge d'or d'Alix, avec ces 19 premiers albums à lire et à relire cent fois, chacun étant un voyage passionnant, un monde à lui tout seul! Mais ici, alors que nous retrouvons une nouvelle fois l'Egypte de Ptolémée et Cléopâtre, le dessin, les couleurs et l'intrigue sont travaillés et intéressants. Complot et violence dans le port d'Alexandrie: de quoi passer un agréable moment.
Alix - Alix, Tome 26
L'ibère Bien
Note générale
Bien
Quitte à être le seul, je suis satisfait À la lecture des commentaires précédents, je m'attendais à un album aussi raté que "La cité engloutie". Hé! J'ai été surpris. Le cadrage est très bon, le contexte historique de la guerre civile en Hispanie est maîtrisé, les thèmes centraux de l'honneur et de la fidélité sont intelligemment traités. L'intrigue tient, bien que j'aurais apprécié davantage de rebondissements, de souffle épique. Mais cet album a pris le parti de délaisser les grands voyages. Somme toute, je suis plutôt satisfait, quitte à être le seul!
Note générale
Bien
Cet album ne vole pas trop haut mais ne chute pas Alix et Enak retrouvent la Grèce et un vieil ennemi. Le cadre de l'île est très vite maîtrisé par le lecteur, les personnages bien identifiés. Alix est toujours aussi sensible à la gente féminine! Le dessin de Morales garde ses qualités et ses défauts: précis mais peinant à retranscrire la fluidité. Un bon moment de lecture.
Note générale
Bien
Belle surprise Une belle surprise. Bien différent du livre, le film apporte un regard subtil sur la lutte contre les zombies. Des scènes très spectaculaires (Israël), un excellent maquillage, une famille crédible, un Brad Pitt qui n'en fait pas trop, qui joue juste, bien qu'il soit bien sûr le héros sans tache. Une bon moment!
Hannibal
Hannibal Bien
Note générale
Bien
Tripes à la florentine Sans Jodie Foster qui n'a pas voulu reprendre le rôle, Ridley Scott nous livre un film très bien mis en scène. Le FBI, une ancienne victime assoiffée de vengeance et un policier corrompu reprennent la traque d'Hannibal Lecter, réfugié à Florence (une ville de goût pour un homme de goût!). Le suspense nous tient en haleine mais la peur a disparu. Bien inférieur au "Silence des agneaux", "Hannibal" n'en reste pas moins un excellent moment.
Note générale
Bien
Bien mais moins bien Déçue par l'Est américain, la famille Souriskewitz reporte ses espoirs sur l'Ouest. Le Farwest! Mais là encore, les désillusions, les arnaques dresseront des barrières sur leur route. La série "Fievel" décrit une nouvelle fois les Etats-Unis naissants avec leurs imigrants et leurs pionniers. Mais cet épisode, certes plus drôle grâce au personnage burlesque de Tiger, n'a pas la puissance et l'émotion du précédent, "Fievel et le Nouveau Monde".
Note générale
Super !
Magnifique! "Fievel" est un magnifique dessin animé, enchanteur, drôle et intelligent. Une famille de souris s'embarque pour l'Amérique afin de fuir la persécution des chats. "En Amérique, il n'y a pas de chats!" chantent-ils. Mais le fils Fievel se perd, est manipulé, s'échappe, fait des rencontres. Les enfants adoreront ce premier niveau de lecture. Quant aux adultes, ils adoreront le second niveau de lecture: les Juifs russes fuient les pogroms des Cosaques ("Cochaks", quel excellent jeu de mot!) pour le Nouveau Monde et sa vie meilleure. Mais le monde reste le monde, l'homme est ici comme là-bas le même loup pour l'homme. Mais l'espoir, l'amitié et l'amour triomphent. La souris géante de Minsk, qui m'a fasciné et terrifié étant enfant, est bien sûr une métaphore du Golem. Ce dessin animé est un excellent moment familial qui, l'air de rien, dresse un magnifique portrait des Etats-Unis naissants, de l'espoir qu'ils portaient et de l'humanité, parfois sombre, parfois rayonnante mais toujours passionnante.
Note générale
Bien
Un bon moment! C'est un film pensé pour les adolescentes (allez avouons-le: culte du baiser, des beaux mecs lisses qui se ressemblent tous), oui, mais il va bien au-delà! Andrew Niccol, maître de la SF dont on reconnaît ici la vision esthétique d'un avenir parfait mais déshumanisé (cf. "Bienvenue à Gattaca" ou encore "Time out"), met très bien en scène cette invasion subtile. Enfin il y a de la nuance entre le Bien et le Mal, entre les "gentils" et les "méchants"; on assiste plutôt à une rencontre, à un conflit sans manichéisme et cela fait du bien! La fin nous évite une conclusion nian-nian, donc bien joué! Un bon moment!
Blacksad - Blacksad, T5
Amarillo Super !
Note générale
Super !
Sur la route Après les albums noir, blanc, rouge, bleu, voici l'album jaune! ("amarillo" en espagnol) Toujours porté par les couleurs, le dessin et le cadrage fascinants de Guarnido et le texte cisellé de Diaz Canales, Blacksad délaisse ses habituelles enquêtes policières pour partir sur les routes des Grandes Plaines. Un nouveau pan de l'Histoire américaine des années 50 est croqué par les auteurs espagnols: "Sur la route" de Kerouac. La ville d'Amarillo, sur la Route 66, devient le lieu où les destins se rencontrent et basculent. La lâcheté, la fuite, l'expiation, la rédemption, l'intimité du Chat, les nouveaux personnages donnent une force, une émotion à cet album qui surprend, voire désarçonne par son scénario. Mais je suis, une nouvelle fois, sous le charme.
Arcade Fire
Reflektor Super !
Note générale
Super !
Un album enthousiaste sous le signe du carnaval Placé sous le signe du carnaval, ce quatrième album d'Arcade Fire est virevoltant, enthousiaste, souvent joyeux ("You already know", par exemple), parfois vaporeux (comme à la fin du second CD). Les larmes de "Funeral" s'éloignent décidément. Il y a ici une ambiance de club, comme celle du Sutdio 54 ("Here comes the night time"). "Reflektor" est enchanteur, la voix de David Bowie, qui y apparaît pour un refrain, me fait frissonner de plaisir. "Flashbulb eyes", "It's never over (oh Orpheus)", "Porno" et "Afterlife" me captivent. Encore une fois, les Montréalais ne se moquent pas de nous et nous livrent treize longs morceaux, enregistrés avec une rare maîtrise. Le groupe reste fidèle à lui-même tout en sachant évoluer. Cet album a son identité propre et reste bien estampillé "Arcade Fire". Si je lui préfère toujours "Funeral", cet album mérite de se laisser écouter et réécouter, encore et encore, nous charmant petit à petit.
Note générale
Bien
Belle surprise! Belle surprise que nous livre Angelina Jolie! Sans sensiblerie, avec une qualité de mise en scène étonnante et admirable, elle nous dresse un portrait convaincant de la guerre en Bosnie, s'arrêtant notamment sur les violences abjectes infligées aux femmes. Film anti-serbe, dit-on parfois? Non, pas vraiment, surtout film antimilitariste.
Note générale
Super !
Captivant! Ozon nous livre de nouveaux portraits intimistes dans ce film de littérature, de construction du récit, de frustration et de désir, de fascination malsaine, de réalité et de fiction qui s'entremêlent de plus en plus... Humour mordant et cruel! Mise en scène de qualité! Acteurs puissants! Captivant! Bravo!
Note générale
Super !
Bravo, les Coen! Et n'oublions pas: "La ferme, Donny!" Mélangez un tapis, un verre de Russe blanc, une partie de bowling, le Vietnam, l'art vaginal, les nihilistes allemands, une nymphomane, des orteils, "la ferme, Donny!", des films au scénario médiocre, une voiture courageuse et de la fumée baudelairienne et vous obtiendrez un très bon film sur un... anticonformiste et ses deux hilarants acolytes. Les Coen nous offrent encore une intrigue menée par des idiots magnifiques, intrigue sublimée par les dialogues et la musique. Un régal!
Note générale
Bien
Provocatrice Dans cet ouvrage, Anaïs Nin nous livre des nouvelles provocatrices d'une qualité de plume rarement atteinte par la littérature érotique.
Note générale
Super !
Retour en Egypte: un album excellent et puissant Après le redoutable "cliffhanger" clôturant un premier épisode romain réussi et crédible, digne de "Murena", le sénateur Alix et ses fils se rendent en Egypte pour déjouer définitivement le complot contre Auguste. L'Egypte, ses drames et ses mystères, l'Egypte, chère à Jacques Martin, l'Egypte, là où Alix et Enak se sont rencontrés et séparés. D'ailleurs, l'ombre d'Enak plane tout au long de cet album, les rebondissements et coups de théâtre se multiplient (trop souvent, diront certains, mais l'album y gagne en imprévisibilité), le personnage d'Alix gagne en puissance (culpabilité et violence), le dessin et le texte sont très agréables et surtout, malgré une incohérence (la chute des épées), il y a ici un rythme et une force qui font de cet "Alix" un de mes meilleurs moments de lecture de l'année. Bravo à l'équipe!